03 août 2011

My love's gone, I felt him go return no more.

La solitude, même en plein cieux. Je me demande seulement maintenant si c'est arrivé il y a longtemps. Peut-être qu'en vérité la vraie misère de l'Homme est là. Elle à tous notre propre Enfer. Bien sûr on est seul en Enfer. Et même là haut personne n'oserait dire le contraire. Tout est une question de relativité.

PUTAIN. Ca te prend les tripes, tu sais pas d'où ça sort et d'un coup y'a tout qui se met à chanter autour de toi, surtout les autres. "Est-ce c'est que réel?" Est-ce que c'est bien toi. Il paraît qu'il suffit d'avoir le courage de s'ouvrir, mais qui oserait partager une pénombre déjà trop lourde?

Le poid des mots.

Et enfin je ne possède rien. La solution, "du balai".

Au revoir mes prétendants et ma lucidité. On en arrive au vice. Le vice de clarté virtuelle et totalement personnelle. On ne sera jamais deux lucides à la fois.

Ecoute ce que j'ai à te dire, je sais ce que tu veux entendre. J'ai le sens des convictions. Je sais ce tu vaux donc je ne saurais jamais qui tu es.

L'ERREUR, loin d'être le dernier volet, elle est la source de l'illusion et la mère des Septiques. Incarné eux-mêmes par ceux qui croient être juste alors que la vérité se cache sous leurs mouchoirs. Le vent ne chante plus et les années m'ont rendu amorphe. L'avidité et le pouvoir du desespoir, deux composants important du schéma de l'Homme au paroxysme des conséquences de la Condition Humaine.

La nature morte et les romans post-Romantique sont loin d'être désués et la couleur du ciel sera toujours lunatique, comme ces pauvres ébauches dessinées par tout ces peintres disparu et qui meurrent en harmonie dans une salle froide et sans âme.

Mais ça rapporte.

La solitude.

J'arrive pas à m'en défaire et plus je danse plus je trébuche.  J'voudrais qu'on écrive et qu'on dise mes mots, plus que Mathilde qui se cache pour toujours sous mes signatures. L'amour à porté de vue et qui brûle quand on ferme trop les yeux.

A chaque fois. - à chaque fois ça crâme et ça détruit tout. J'avais la Solution mais j'ai pas eu le courage de l'écrire alors elle est partie. 

Et j'arrive plus.

Quand ça brûle plus c'est le vide à nouveau. Je pense à l'Amour mais ma raison n'est pas du tout d'accord avec ça alors ça déconne. Et j'ai pas envie de voir tout ça, tout ce qu'elle me montre.

 

 

 

 

Posté par itdoesntmatter à 03:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur My love's gone, I felt him go return no more.

Nouveau commentaire